lundi 2 juillet 2018

La Vitesse peut tuer


Il y a de nombreuses années, un dénommé Edward Stimpson, golfeur émérite et assidu, aspirait à plus d’homogénéité entre les greens d’un même parcours. Pour parvenir à ses fins, il inventa un dispositif destiné à s'assurer que tous les greens du parcours proposaient une vitesse semblable. L'idée était de donner aux intendants un  moyen simple de comparer la vitesse du green N°4 avec celles du 13 et du 17 et de pouvoir prendre des mesures pour harmoniser tout cela (voir article sur La Promotion Dames). C'était, sans doute, une idée louable. Cependant, il arrive parfois que les bonnes idées soient dévoyées.

 Aujourd'hui, son outil, le Stimpmeter, est souvent utilisé abusivement pour comparer la vitesse des greens d’un parcours à l’autre et, malheureusement, établir une référence pour la difficulté des greens.

On entend parfois les golfeurs dire ‘’ Hey les gars ! les greens du Golf d’à côté sont à 3m45 cette semaine’’.  Cela signifie simplement que les greens étaient aussi rapides que du carrelage et donc presque injouables surtout s'ils sont petits et avec un peu de relief.

D'un point de vue purement commercial cela peut se défendre mais il faut toutefois prendre en compte le coût de l’entretien de telles pratiques, l’impact sur l’environnement et les conséquences sur la santé des greens sur le long terme. En bref, et c’est bien connu, la vitesse peut tuer.

Voici pourquoi : un green sain et vigoureux peut être maintenu à une hauteur de coupe assez rase (3mm) pour de courtes périodes, sans conséquences graves si ledit green est bien préparé et les conditions météorologiques acceptables.

Les parcours hôtes de grands tournois, préparent les greens des mois en avance et allouent un budget conséquent pour proposer des greens francs, vigoureux et rapides pour les joueurs des épreuves de la PGA. Par exemple, les greens à Augusta National ou Oakmont peuvent ‘’rouler’’ au-delà des 3m50, correctement préparés et en conditions sèches.Toutefois, les greens rapides sont très fragiles. Si on fait la comparaison avec le corps humain, on pourrait dire que leur système immunitaire peut être très affaibli. Ils deviennent sensibles aux maladies et aux ravageurs et par conséquent peuvent nécessiter des traitements chimiques supplémentaires.

Les conditions météorologiques peuvent également  détériorer rapidement la santé d'un green. Des températures élevées et le manque d'humidité dans l'air peuvent endommager des greens maintenus à des hauteurs de tonte très courtes. Les risques, de maintenir des greens à des vitesses très élevées, même avec une bonne technicité, en conditions difficiles, sont très importants.Durant l’été 1995, à travers l'est des États-Unis, une longue période de sécheresse avec des températures élevées, avait dégradé durablement les greens sur nombre de parcours.  Beaucoup de golfs, parmi les plus connus du monde, avaient subi de très graves dommages, qui avaient altéré durablement  la qualité des greens, les rendant souvent injouables pour la seconde moitié de l'année. Bon nombre d'entre eux avaient dû être ressemés voire replaqués en intégralité. Avec toutes les conséquences que l’on imagine en termes de budget, de jouabilité et de réputation.Les solutions pour résoudre la délicate équation de la vitesse des greens réside dans la recherche et le développement de nouvelles graminées (espèces et/ou variétés) plus tolérantes aux conditions requises à l’obtention de greens rapides.  Au-delà des firmes commerciales, les organisations telles que l'USGA, la PGA et la GCSAA investissent des millions de dollars dans ces travaux de recherche. 



D’un autre côté, les golfeurs doivent également comprendre et accepter les limites biologiques des greens, systèmes vivants sensibles.Messieurs les golfeurs, tenez également compte des conseils des intendants qui gèrent, nourrissent, protègent et soignent ces écosystèmes.


Enfin, beaucoup de golfeurs doivent changer leurs attitudes au sujet de l'aspect compétitif de la vitesse des greens, comme doivent changer les mentalités avec les restrictions d’eau, d’engrais et de produits phytosanitaires.  Ils seraient bien inspirés, dans le sillage de M. Stimpson, de considérer le stimpmeter comme un outil en recherche d’homogénéité des greens et non un juge (pas souvent de paix) entre les parcours.

Source GCSAA (Golf Course SuperIntendents Association of America)
 Traduction Pascal VANHOLLEMEERSCH

vendredi 29 juin 2018

Panne d'arrosage

Dans la nuit de jeudi à vendredi dernier  le système de programmation de l’arrosage s’est retrouvé en court circuit. Peut être à cause d’une activité électrique de type orage (la même nuit le système électrique du Golf d’Houlgate à eu le même genre de panne au tee du 7 et au green du 17).

Au golf de  Caen, le circuit électrique à été conçu de telle sorte qu’il n’y a qu’une seule ligne qui alimente l’ensemble des décodeurs depuis le programmateur. Cette ligne est donc bouclée et à de multiples raccordements qui alimentent les décodeurs par plusieurs accès.


Les décodeurs sont l’interface entre le système de programmation et le circuit d’arrosage. En d’autre termes, ils transforment une information électrique (en actionnant des solénoïdes) en une action mécanique qui démarre les arroseurs.

La recherche de panne, du fait du bouclage de la ligne, est plus compliquée. On a en effet des retours de valeurs d’une boucle à l’autre. Il faut donc procéder à un saucissonnage du parcours pour  isoler zone par zone les décodeurs pour tenter de circonscrire la (les) zones à problème. Les décodeurs défectueux se mettent en court circuit et créent une surconsommation qui met l’installation en défaut.

Munis d’une pince ampérométrique, il faut vérifier (dans les 81 boites d’arrosage) l’intensité du décodeur après avoir ouvert ou refermé la ligne selon l’endroit où l’on se trouve. Les valeurs sont exprimées en milliampères. Les décodeurs incriminés étaient pour cette fois le green du 6 bois et l’avant green du 12.







Les moyens mis en œuvre ont été conséquents :

Samedi recherche de panne puis déclenchement manuel des arroseurs le soir
Dimanche déclenchement manuel des arroseurs le matin + Arrosage manuel au tuyau
Lundi recherche de panne + déclenchement manuel des arroseurs + Arrosage manuel au tuyau
Mardi recherche de panne + déclenchement manuel des arroseurs + Arrosage manuel au tuyau
Mercredi recherche de panne + déclenchement manuel des arroseurs + Arrosage manuel au tuyau
Jeudi Résolution du problème + Arrosage manuel au tuyau + Retour à la normale, reprise des arrosages de nuit
Vendredi Arrosage manuel au tuyau + Arrosages classiques de nuit
Samedi Arrosage manuel au tuyau + Arrosages classiques de nuit
Dimanche Arrosages classiques de nuit


Il faudra  compter encore quelques jours pour un retour à la normale des zones sèches. Des précipitations sont attendues pour ce weekend (pluies d’orage) et sans doute pour une bonne partie de la semaine prochaine.  

  


dimanche 17 juin 2018

Aération à louchets creux : carottage

A Houlgate, le lundi 18 juin commence l'aération des greens, avant le gros rush des mois d'été. La période est idéale pour une opération de ce type, avec de la chaleur et de l'humidité (arrosage si besoin) pour donner un coup de booster au gazon et augmenter son enracinement.
C'est toujours rageant pour le golfeur de voir la surface des greens avec des trous et du sable, mais c'est un mal nécessaire. 

Ce type d'aération à louchets creux, ou carottage, permet d'extirper un volume de sol, et en particulier en surface le tampon organique qu'est le feutre et le remplacer par un volume de sable qui permettra une bonne circulation de l'eau et de l'air au niveau de l'horizon visité par les racines.



Une fertilisation de fond est réalisée. Un engrais potassique de type Nutri DG 0 - 0 - 12 est appliqué dans les trous. Un apport de STOR IT, dont la zéolithe d'origine volcanique est riche en silicates d'alumine et divers oligos éléments (Manganèse, Fer, Cuivre, Zinc, Molybdène) est également effectué. Les carottes sont ramassées puis les greens sont sablés et brossés. 

A suivre, après l'aération, un regarnissage intégral des greens avec un mélange d'agrostis Ténuis et d'agrostis stolonifère pour redonner de la densité au tapis végétal et renouveler les graminées.   




Compte tenu de la période, un retour à la normale est prévu sous 10 jours.

vendredi 15 juin 2018

Grand prix de Caen

La proximité de la Promotion Dames (5 et 6 mai) et, du Trophée Séniors (26 et 27 mai) et du Trophée Mid-Amateur (5 et 6 mai) et du Grand Prix de Caen (16 et 17 juin) nous à donné la possibilité d'être très tôt en mode compétition. Toutefois, les variation importantes de températures, avec de la neige début avril et des températures estivales 15 jours plus tard, puis une successions d'épisodes pluvieux ont compliqué les travaux préparatoires.    

Pour ce types de compétitions, l'entretien classique  est chamboulé. Les tees, les tours de greens et les avant-greens sont tondus 3 fois dans la semaine (10mm). Les fairways 2 fois, avec un  troisième passage sur les parcours les plus poussants (16, 13, creux du 7, 5).




Les roughs sont tondus en boucle toute la semaine. Les colliers sont tondus à une hauteur intermédiaire (6mm) entre le tour de green et le green. 

Les greens ont un programme particulier :

- Baisse de la hauteur de coupe pour le début de saison, à 3.6 mm puis baisse à nouveau pour passer à une hauteur de 3.2 mm 2 semaines avant l'épreuve.
- Lundi tonte avec les tours
- Mardi tonte sans les tours puis roulage
- Mercredi tonte avec les tours
- jeudi tonte sans les tours puis roulage
- Vendredi tonte croisée sans les tours
- Samedi tonte avec les tours puis roulage
- Dimanche tonte avec les tours puis roulage



La tonte sans les tours permet de préserver les endroits de passage des roues qui supportent à chaque tonte une compaction et donc une usure prématurée.

Le roulage à pour but de gagner en régularité, en affirmant le grain et en uniformisant la surface. Cette opération permet en outre de gagner 20 à 40 cm en vitesse. Vitesse souhaitée, environ 3,00 m - 3.20 m. (voir article Promotion Dames).

Les trous ont été changés en début de semaine pour positionner les drapeaux dans des zones particulières pour préserver les emplacements pour la compétition. Les arbitres déterminent les positions de drapeaux en fonction du champ de joueurs, de la météo, de la difficulté du trou, en prenant en particulier en compte la force et la direction du vent pour les deux jours de l'épreuve. Les joueurs reçoivent en même temps que leur carte la position des drapeaux, donnée de manière alphanumérique, leur indiquant la distance en profondeur en mètre (premier chiffre) puis la distance du bord du green en mètre (deuxième chiffre) avec le coté concerné ou un C si c'est au centre.



Les trous sont changés le samedi et le dimanche.
Les bunkers ont été préparés durant la semaine, avec pompage en milieu de semaine dernière, puis ratissage samedi et dimanche. Un petit coup de souffleur sur les plateformes de départ puis un tour des lave-balles et des poubelles parachève la préparation tandis que les arbitres s'affairent au Set Up.

Maintenant place aux joueurs.



vendredi 18 mai 2018

Coup de vent sur le Calvados

Deux jours de vent ont donné aux jardiniers des deux golfs un peu de travail supplémentaire.

A Houlgate, au départ du 17, un gros marronnier est tombé jeudi. Situé à proximité d'un ancien bunker de la seconde guerre mondiale, l'enracinement était superficiel et insuffisant pour un arbre de ce calibre.

 

Dans sa chute, l'arbre à eu le bon gout d'épargner le banc.

 


Il ne reste plus qu'à ramasser le bois et mettre un bon coup de propre.

                                  *****

A Caen, hier, dans le rough du 16, un pin est tombé le long du champ.

Devant le départ du 2 Plaine, cette nuit, un bouleau est tombé dans le rough, depuis le talus.   


Tronçonnage et nettoyage en cours. 

vendredi 11 mai 2018

Houlgate Infos Terrain Mai 2018


Après un mois d’avril particulièrement chaotique, froid sec puis neige puis grosses chaleurs et enfin retour du beau temps après le déluge de la fin du mois d’avril. La météo nous a obligés à décaler certaines opérations d’entretien ou de travaux planifiées sur avril. Ces actions seront menées sur le  mois de mai, à savoir :

  • -       Regarnissage des greens.
  • -       Fertilisation des tees et des greens.
  • -       Remise à niveau des tranchées de drainage ravinées.
  • -       Début du désherbage sélectif des pâquerettes.
  • -       Transfert de la station de pompage haute sur la nouvelle dalle.
  • -       Sablage légers sur les zones usées des tees.
  • -       Découpe des bunkers et reprofilage de certaines lèvres.
  • -       Spikes et Top-dressing sur les greens tous les 15 jours.



Par ailleurs, nous continuons le nettoyage des buttes et des lisières à la débroussailleuse et le piégeage des taupes.   



jeudi 10 mai 2018

Pourquoi et comment relever ses pitchs

Le pitch est la plaie au sens propre comme au figuré des greens de golf. C'est la déformation créée à la surface du green par l'impact de la balle lors de l'approche. Plus la balle sera haute et puissante, plus le pitch sera important. Plus le green sera humide et mou, plus le pitch sera profond.
Relever son pitch relève de la plus basique bienséance. En effet, les parties qui vous suivent n'ont pas à trouver sur leurs lignes de put un obstacle aussi désagréable que votre beau pitch non relevé.


En outre, cette plaie à la surface du green est une porte d'entrée pour les maladies avec la conjonction de tissus nécrosés et d'un milieu où pourra s'accumuler l'humidité de la rosée ou de l'arrosage. Si le pitch est relevé, les tissus nécrosés par l'impact seront au niveau du reste du green, et seront supprimés par les tontes successives.

Si vous n'avez pas de relève pitch dans votre sac, ce n'est pas bien ! Les pitchs relevés avec un tee sont un moindre mal mais il est préférable de se munir d'un bon outil. Le relève pitch est une petite fourche  en métal ou en plastique, adaptée à la remise en état du green. 


Le pitch se relève par de petits mouvements circulaires, après avoir planté le relève pitch sur le pourtour du bourrelet formé lors de l'impact. En aucun cas il ne faut faire levier de bas en haut, ce qui fait remonter la terre  et forme une grosse patate noire en surface.



En regardant la vidéo de ce lien    https://www.youtube.com/watch?v=HwZXLUNHRSA  vous pourrez voir la bonne marche à suivre. Je remercie Pierre-Olivier Mas, Directeur du plus beau parcours de l'Ariège, à Labastide de Sérou,  de me permettre de relayer cette vidéo, faite par Fabien, le pro du golf.

Caen Infos terrain Mai 2018



Le mois d’avril a été particulièrement chaotique, froid sec puis neige, puis grosses chaleurs et enfin retour du beau temps après le déluge. La météo nous a obligés à décaler certaines opérations d’entretien ou de travaux planifiées sur avril. Ces actions seront menées sur le  mois de mai, à savoir :

  • -       Regarnissage des greens.
  • -       Fertilisation des fairways, des tees et des greens.
  • -       Terrassement et engazonnement des buttes sur la zone d’entrainement.
  • -       Début du désherbage sélectif des pâquerettes.
  • -       Sablage léger sur les zones usées des tees.
  • -       Découpe des bunkers et reprofilage de certaines lèvres.
  • -       Spikes et Top-dressing sur les greens tous les 15 jours.


Par ailleurs, nous continuons le nettoyage des sous-bois et la remise à niveau des bunkers des 27 trous. 

samedi 5 mai 2018

Promotion Dames Inter-Ligues par équipe


Promotion Dames Inter ligues par équipe ce weekend.

Il y a 1 semaine nous étions sous un déluge de pluie, et il y a un peu plus de 15 jours, sous la neige. Début de saison chaotique, mais le terrain est en bon état pour cette première grosse compétition. Un peu de déchets dans les roughs et quelques bunkers sous l’eau, mais l’essentiel est assuré.








Aux aurores, l’équipe est à pied d’œuvre. 


Tonte des greens puis roulage pour gagner en régularité et en vitesse. Ratissage des bunkers et changement des boggeys. La vitesse des greens a été mesurée ce matin entre 2.80m et 2.93m.


Le stimpmeter est un outil de mesure de la vitesse des greens inventé par Edward Stimpson en 1935 pour l’US Open sur le Golf Oakmont Country Club. L’outil est une règle en forme de gorge, munie d’une encoche qui libère la balle dès qu’on l’incline doucement vers le haut. La forme et la longueur du stimpmeter est standardisée, de sorte que les mesures prises sur n’importe quel golf dans le monde soient comparables.

La prise de mesure est effectuée dans les deux sens de la ligne de roule choisie, pour compenser une éventuelle pente. La vitesse retenue est la moyenne des deux vitesses mesurées.  Soit   V1+V2                                                                                            2   


Dans le cas de grandes compétitions, les arbitres utilisent une autre formule de calcul pour pondérer l’incidence de la pente sur les greens tourmentés et très rapides.  On utilisera alors la formule de calcul  2 x V1 X V2
                                              V1+V2

La vitesse n’est en aucun cas une finalité (même si un minimum est requis pour prendre du plaisir à jouer), la régularité sur le green et l’homogénéité d’un green à l’autre sont des critères tout aussi importants. Les abaques de référence sont les suivants  :

Vitesse
Club
Tournoi
Rapide
2.60
3.20
Moyen rapide
2.30
2.90
Moyen
2.00
2.60
Moyen Lent
1.70
2.30
Lent
1.40
2.00


La course à la vitesse sur les greens se fait souvent au détriment de la densité  et de la résistance au piétinement et aux maladies. Descendre sous les 3 mm de hauteur de tonte pour gagner quelques centimètres en vitesse est un très mauvais calcul pour la pérennité du gazon.  

Le soleil est de la partie et c'est bien là l'essentiel. Nous comptons sur une performance de l'équipe de Caen emmenée par Mélanie Breard pour une montée en Division.

mercredi 2 mai 2018

Station de Pompage

A Houlgate, les travaux de terrassement ont débuté pour refaire une dalle solide pour la station de surpression du 5.

Compte tenu du dénivelé important entre la partie basse du parcours et les trous de la partie haute d'une part, et de la distance entre le green du 17 et le green du 10 d'autre part, la station de pompage du bas seule ne peut pas envoyer l'eau sur le plateau. De ce fait, une station de surpression, à mi chemin et à mi-hauteur a été installée au niveau du green du 5. Placée en bordure du ruisseau, l'eau au fil des années s'est frayé un chemin sous la dalle dont une partie s'est déjà effondrée, emportant un morceau du muret de soutènement.

La station menaçait de s'effondrer et de faire basculer l'ensemble de l'installation dans l'eau. Pour parer à cette éventualité, une nouvelle dalle plus solide et surtout en retrait par rapport au ruisseau est en construction. Après le décaissement, et la réalisation de fondations, la dalle en béton a été coulée. 



Après cette première phase, le démontage de la structure bois et le transfert de l'ensemble de l'installation hydraulique et électrique seront effectués.


Le réseau ne restera hors d'eau que très peu de temps.

Nous profiterons de ces travaux pour remplacer la fontaine défectueuse par un presto positionné sur une des faces de la cabane.


Déluge sur la Normandie




Depuis vendredi soir nous sommes soumis à un régime particulièrement soutenu de précipitations. Les rivières sont au plus haut, les pâtures sont transformées ça et là en marécages et les canaux ne suffisent plus à évacuer l'excès d'eau. 

L'Orne ? Non, le Rhin au niveau des chutes de Neuhausen en aval du lac de Constance 😵


 Les cours d'eau, du Bocage au Bessin commençaient à peine à retrouver un cours normal après une semaine de très beau temps du 16 au 22 avril. Tout le monde croyait l'été en avance. Las, à même pas dix jours d’intervalle, Evreux se réveillait sous la neige lundi avec un mercure autour de zéro et sur le reste de la Normandie, les trombes d'eau du weekend avaient fait place à une bon petit "crachin normand" par une température de 4°c au réveil. Par endroit, dans le département, des relevés de 100 mm et plus étaient enregistrés. Peu habitués à ces cumuls de précipitations, les ouvrages d'évacuation (canaux, fossés, déversoirs etc) sont saturés. En centre ville de Caen, la Prairie est entièrement sous l'eau. Un arrêté de catastrophe naturelle a été pris par le Préfet.

Au Golf de Caen, avec un cumul de 87 mm sur les trois jours, soit 12 ou 13% de la pluviométrie annuelle, le terrain est saturé. Au Golf d'Houlgate, après avoir vu monter dangereusement le Drochon d'heure en heure, les quelques accalmies observées par moment ont éloigné le spectre d'une inondation du club house.



La pluie ne s’arrête pas de tomber à l'heure qu'il est, et il tarde à tout le monde de voir revenir si ce n'est le soleil, au moins un temps sec. 
L'équipe du terrain de Caen espère pouvoir préparer au mieux le parcours pour les deux tours de la Promotion Dames ce week-end.

vendredi 30 mars 2018

Aération de printemps


Initialement prévue le lundi 19 mars, l’aération a été décalée après un premier contretemps lié à la neige en début de semaine dernière. Le parcours de la Plaine était donc le premier à bénéficier du Topchanger, et de son astucieux principe d’injection de sable en profondeur, avec un minimum de dégradation en surface. L’opération, reportée au mercredi 21 a tourné court à la suite d’une panne technique. Seuls trois greens avaient alors pu être aérés. La machine est toujours en phase de test et le dépannage s'est fait par téléphone depuis la Hollande, avec l’ingénieur-concepteur  du Topchanger.  


L’aération a ainsi pu reprendre dès mardi. Malgré une météo plutôt défavorable, le parcours du Bois, le putting et les trous d’entrainement ont été  aérés avec un excellent résultat. Peu de dégradations en surface (malgré les 300 trous au m²), sable positionné directement dans le sol (25 tonnes pour 16 greens), décompactage par les jets à haute pression (290 bars), gain de temps (0.5 km/heure comme une aération classique mais le sablage est effectué en même temps.)


Compte tenu du retard pris sur l'opération, de la météo catastrophique annoncée pour ces jours-ci et d’un calendrier chargé en compétitions ces prochaines semaines, les parcours  Plaine et Vallon ne seront pas aérés pour le moment. En revanche, un certain nombre d’opérations moins intrusives seront pratiquées pour compenser le manque d’aération. Des opérations de slicing (aération à lames), spiking (micro-pointes) voire de verticut seront programmées aussi souvent que possible.

Dans le même temps, pour gagner en régularité et assainir les premiers centimètres de sol, le programme de top-dressing (sablage de surfaçage), intensifié d'année en année, démarrera début avril. Le sable utilisé est un sable 0/1 extra siliceux dont la majorité des éléments est comprise entre 600 et 800 microns.

Pour ce qui est du Topchanger, compte tenu de la qualité de l'opération et  de son efficacité nous sommes appelés à le solliciter à nouveau sur le golf de Caen.